Travail et longeur de temps font plus que force ni que rage !

                      Dossier_de_presse_Stop_2020_Le_dernier_Gauguin

                                
        L’improbable rencontre avec cette oeuvre majeure, "PO – La Transfiguration idéale",

s’est transformée au fil des ans, en une sublime révélation.

Le difficile parcours d’authentification de cette découverte prouvent que Paul Gauguin

était un véritable précurseur de l’abstraction en peinture.

Cet immémorial représente sa Vision Esotérique Enata qu’il a découverte aux Marquises.

     Le testament spirituel de l’artiste est enfin retrouvé.

La conceptualisation de ce Golgotha polynésien primordialiste, à l’instar des calvaires bretons, dévoile son apostasie.

Finalement, cette crucifixion laisse place à l’envol de son âme à partir d’un arbre à pain.

Soit, une danse de mort chamanique.

Les derniers écrits du peintre, cachés depuis des décennies, ne pouvaient pas être compris en dehors de cette oeuvre.

Gauguin est mort athée et en totale harmonie avec ce Sacré Primordial.

Le véritable pédophile protégé par les autorités est enfin dévoilé, clôturant ainsi les avanies sur ce sujet.

Cette expérience a eu le pouvoir de modifier le paradigme des croyances de l’auteur et l’ouverture d’esprit de tous ceux qui ont eu la chance et le plaisir d’approcher ce Talisman.           

 

         LA "TRANSFIGURATION IDEALE selon " PGO ", 

      POUR ELEVER  LA CONSCIENCE DU MONDE ! 

 

 

                                Evolution ou Révolution ?

 

           ENFIN     LA   FIN    DES     MENSONGES  !

 

                      

https://books.google.fr/books?id=FnQCEAAAQBAJ&pg=PT434&lpg=PT434&dq=stop+!+%C3%A0+l%27h%C3%A9g%C3%A9monie,+%C3%A0+l%27injustice,+%C3%A0+l%27ignominie&source=bl&ots=NQOwhC-pBx&sig=ACfU3U3lF_U43ZkWACQA_U4l_-ait3j54g&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwi1pfWQ8szsAhX5BGMBHRSPAEE4ChDoATASegQIBhAC#v=onepage&q=stop%20!%20%C3%A0%20l'h%C3%A9g%C3%A9monie%2C%20%C3%A0%20l'injustice%2C%20%C3%A0%20l'ignominie&f=false

 

 ****************************************

 

Evasion fiscale du siècle: les Wildenstein seront rejugés

6 janvier 2021 Par Michel Deléan

La Cour de cassation ordonne un nouveau procès des héritiers de la richissime famille Wildenstein pour fraude fiscale. Ils avaient été relaxés en 2018.

·  Trois héritiers de la célèbre famille de marchands d'art Wildenstein, deux avocats, un notaire et deux gestionnaires de trusts vont finalement être rejugés dans ce qui est certainement la plus grosse affaire de fraude fiscale en France. La chambre criminelle de la Cour de cassation a, ce 6 janvier, cassé la décision de relaxe générale rendue par la cour d'appel de Paris en juin 2018, qui avait suivi le surprenant jugement de première instance rendu en 2017. Dans son arrêt, la cour d'appel avait notamment constaté la prescription du délit de fraude fiscale concernant Guy Wildenstein, et estimé que les éléments matériels manquaient pour condamner son neveu Alec Junior.

Dans une leçon de droit assez aride mais salutaire, la Cour de cassation retoque plusieurs arguments de la cour d'appel. Point le plus important, la juridiction suprême juge que le fait de loger sa fortune familiale dans des trusts (entités juridiques de droit anglo-saxon) enregistrés dans des paradis fiscaux ne dispense pas les héritiers de les déclarer aux services fiscaux.

« Même avant l’entrée en vigueur de la loi du 29 juillet 2011, lorsque le constituant d’un trust de droit étranger, fût-il, aux termes de l’acte de trust, qualifié de discrétionnaire, irrévocable et ne prenant pas fin à son décès, ne s’est pas irrévocablement et effectivement dessaisi des biens placés, ses héritiers sont tenus de les déclarer lors de la succession, écrivent les magistrats de la chambre criminelle. Par voie de conséquence, la méconnaissance de cette obligation déclarative est susceptible de caractériser le délit de fraude fiscale. »

Guy Wildenstein à la cour d'appel de Paris, le 2 mars 2018.

En première instance et en appel, les juges avaient estimé qu’en l’absence de règles claires avant la loi française de 2011 sur les trusts, les Wildenstein pouvaient se dispenser de les déclarer au fisc, les biens logés au sein de trusts irrévocables devant être considérés comme des donations et n’entrant pas dans le cadre de la succession. Ces mêmes juges estimaient ne pas avoir d’éléments permettant de considérer certains des trusts Wildenstein comme fictifs, malgré leur fonctionnement atypique.

Le parquet national financier (PNF) avait pourtant réclamé de lourdes peines contre les prévenus – quatre ans de prison dont deux avec sursis et une amende de 250 millions d'euros contre le patriarche Guy Wildenstein. C'est « la fraude fiscale la plus sophistiquée et la plus longue de la Ve République, en ayant recours à des protagonistes disséminés à travers le monde », avait déclaré la procureure Monica d’Onofrio. Elle évoquait « des pratiques que les citoyens du monde ne supportent plus », ces « montages réservés à des initiés », pour éluder l'impôt, et qui sont « conçus par des professionnels avertis ». Pour la magistrate, les Wildenstein ont fait « le choix de créer une fortune apatride », abritée dans des trusts, eux-mêmes logés dans des paradis fiscaux et des États non coopératifs.

Lire aussi

Au décès de Daniel Wildenstein, en 2001 à Paris, la succession avait été très largement minorée par la famille et ses avocats, lésant du même coup sa veuve, Sylvia Wildenstein. Le plus gros de la fortune familiale, estimée entre 3 et 4 milliards d'euros, restait logé dans des trusts exotiques, aux fins de transmission du patrimoine aux hommes du clan, et pour échapper à la fois aux épouses et aux impôts. La déclaration de succession de Daniel Wildenstein a été annulée par la cour d'appel de Paris en 2005, et un lourd contentieux avec le fisc dure depuis lors.

L'arrêt rendu par la chambre criminelle de la Cour de cassation est d'autant plus intéressant qu'une procédure civile est toujours pendante devant la cour d'appel de Paris. En juillet 2019, le milliardaire Guy Wildenstein a en effet perdu le procès civil qu'il intentait au fisc français, contestant les sommes colossales qui lui étaient demandées.

L'enjeu n'est pas mince, même pour un milliardaire : deux avis de mise en recouvrement ont été émis contre Guy Wildenstein par le fisc, le 5 décembre 2014, pour un montant de 226 608 398 euros au titre des droits éludés, 43 055 339 euros au titre de la majoration pour manquement délibéré, et 64 367 732 euros au titre des intérêts de retard. Soit un total de plus de 336 millions d'euros réclamés. L'addition se monte même à 550 millions en comptant l'ensemble des héritiers de Daniel Wildenstein.

Les fameux trusts des Wildenstein servent à tout. Ils abritent, depuis trois générations, tous les actifs familiaux ou presque : la galerie new-yorkaise, les biens immobiliers aux États-Unis, une propriété aux îles Vierges britanniques, un ranch au Kenya (celui où a été tourné le film Out of Africa, et où vit Alec Wildenstein Junior), un avion (qui a été revendu), et surtout les œuvres d’art, des toiles de maître pour la plupart.

La fortune des Wildenstein pèserait entre 3 et 4 milliards d’euros. Selon une estimation qui figure au dossier, le Delta Trust familial possédait à lui seul, en 2001, quelque 2 483 œuvres d’art, d’une valeur globale de 750 millions de dollars. L’immense collection, commencée par Nathan Wildenstein (1851-1934), poursuivie par son fils Georges (1892-1963), puis gérée par son petit-fils Daniel (1917-2001) et son arrière-petit-fils Guy (né en 1945), est longtemps restée stockée à New York. Elle est aujourd’hui répartie dans des centres forts aux États-Unis, en Suisse et à Singapour.

Résidant le plus souvent aux États-Unis, Guy Wildenstein y a été le délégué de l'UMP pour la côte est, chef du groupe UMP à l'Assemblée des Français de l'étranger (AFE), et très actif pendant la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy.

En 2010, Sylvia Wildenstein, feu la veuve de Daniel, avait déposé une plainte pour trafic d'influence et corruption visant implicitement les ministres du budget successifs de Nicolas Sarkozy, Éric Woerth et François Baroin, qui n'avaient pas réagi à ses alertes sur la fraude fiscale opérée par la famille et ses hommes de loi au décès de son époux.

 

 

https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/fraude-fiscale-un-troisieme-proces-en-vue-pour-les-wildenstein_2142156.html